Complément alimentaire pour prévenir les infections urinaires

complement alimentaire pour trouble urinaire femme

Sommaire

Les voies urinaires comprennent les reins, les uretères, la vessie et l’urètre. Elles peuvent être infectées par des bactéries engendrant une infection urinaire. Personne n’est à l’abri d’une infection urinaire. Toutefois, elle peut être récurrente chez certaines personnes. Outre les traitements médicamenteux, il peut être nécessaire de revoir son alimentation et son mode de vie pour prévenir la survenue d’une infection urinaire. La prise de compléments alimentaires ne remplace pas un traitement médical, mais peut aider à améliorer le confort urinaire. Faisons le point sur le sujet !

I. Qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

Une infection urinaire est une inflammation des voies urinaires due à des bactéries. Cette pathologie se caractérise par des brûlures au moment d’uriner (miction), une sensation de pression dans la région pelvienne, des envies fréquentes d’uriner et des douleurs durant la miction. L’infection urinaire est plus fréquente chez les femmes à cause de la proximité de l’urètre au vagin et à l’anus (1). Elle est appelée cystite lorsqu’elle est localisée au niveau de la vessie. L’infection urinaire touchant les reins est appelée pyélonéphrite.  

Une infection urinaire aiguë dure entre 3 et 5 jours avec un traitement. En revanche, une infection urinaire chronique s’étale dans le temps. Elle est qualifiée de chronique lorsqu’elle revient plus de 3 fois par an.

Outre les sensations de brûlure et les envies fréquentes d’uriner, l’infection urinaire peut causer une fièvre, des frissons, des douleurs lombaires unilatérales et une grande fatigue.

II. Quelles sont les causes d’une infection urinaire chez les hommes et les femmes ?

L’infection urinaire est généralement due à des bactéries qui pénètrent dans la vessie (2). Dans environ 80 % des cas d’infections urinaires, la bactérie Escherichia coli est en cause. Différents facteurs favorisent les infections urinaires chez les hommes et les femmes :

  • Les rapports sexuels ;
  • La grossesse ;
  • L’excès d’hygiène ;
  • Le port de vêtement ou de sous-vêtements trop serrés ;
  • La ménopause ;
  • Etc.

En l’absence de traitement, l’infection peut remonter le long de l’uretère et arriver jusqu’aux reins. Une infection urinaire ne doit pas être prise à la légère, car elle peut conduire à des complications graves.

III. Quel est le traitement le plus efficace contre l’infection urinaire ?

Les infections urinaires d’origine bactérienne se traitent avec des antibiotiques (3). Une analyse d’urine peut être réalisée pour déterminer la bactérie en cause afin de prescrire l’antibiotique adapté. Les symptômes disparaissent généralement après 24h ou 48h. Il existe un traitement à prendre une seule fois permettant de calmer rapidement les symptômes de l’infection urinaire. Dans tous les cas, une consultation médicale est indispensable en cas d’infection urinaire.

IV. Quelles précautions pour prévenir les infections urinaires et améliorer le confort urinaire ?

Quelques bons gestes sont à adopter pour prévenir les gênes urinaires, éviter les récidives et améliorer le bien-être de l’appareil urinaire :

  • Boire suffisamment d’eau aide à soulager les symptômes des infections urinaires et également à les prévenir. En effet, les bactéries responsables de l’infection sont évacuées par les urines. En buvant beaucoup d’eau, les envies d’uriner sont plus fréquentes, accélérant ainsi la guérison. En moyenne, il est nécessaire de boire 1,5 l d’eau chaque jour.
  • Adopter un régime alimentaire riche en fibres pour éviter la constipation. Les selles stagnantes augmentent les risques de contamination des voies urinaires. Par ailleurs, il est également conseillé d’adopter des aliments riches en minéraux tels que le zinc et le magnésium dans l’alimentation pour leurs propriétés antioxydantes.
  • Les massages du ventre dans le sens des aiguilles d’une montre aident à stimuler le système digestif.
  • Maintenir une bonne hygiène intime : éviter le port de vêtements et de sous-vêtements trop serrés, ainsi que les produits parfumés ou non adaptés qui fragilisent la flore urinaire et vaginale. L’excès d’hygiène déséquilibre également la flore vaginale et favorise les infections.
  • Ne pas se retenir : éviter de se retenir d’aller aux toilettes permet de prévenir les infections urinaires (4). En effet, en vous retenant, vous laissez le temps aux bactéries de proliférer dans votre vessie et de causer une infection.
  • Aller aux toilettes après un rapport sexuel permet de diminuer les risques d’infection. Il est ainsi recommandé de prendre l’habitude d’uriner tout de suite après un rapport sexuel.

V. Comment se débarrasser d’une infection urinaire sans antibiotique ?

En cas d’infection urinaire, la première chose à faire est de consulter un médecin. Outre le traitement par antibiotiques, quelques solutions naturelles aident à se débarrasser des gênes urinaires.

A. Les boissons diurétiques à base de plantes : thym, thé vert …

Pour accélérer l’élimination des bactéries par l’urine et prévenir les gênes urinaires, il est recommandé de recourir aux boissons diurétiques. De nombreuses plantes médicinales telles que le genévrier ou le pissenlit ou encore le thé vert et les infusions d’extrait de thym sont connus pour leur effet diurétique.

B. Le jus de canneberge

Le jus de canneberge est connu pour empêcher l’adhésion des bactéries à la paroi de la vessie (5). Il aide ainsi à soulager les infections urinaires. Les proanthocyanidines des canneberges ont des propriétés antibactériennes.

C. Les gélules cranberry pour soulager l’inconfort urinaire

Il existe des gélules de canneberge permettant de profiter des bienfaits de ce fruit rouge sur la santé. Les compléments alimentaires enrichis en canneberge aident à soulager l’inconfort urinaire et à prévenir les infections.

Le complément alimentaire Urinat a été conçu pour prévenir les infections urinaires dues aux bactéries. Il renferme une association d’extraits d’hibiscus et d’ortosiphon, dont l’action est de favoriser les urines afin de vider complètement la vessie. L’action de ces plantes est associée à une formule à base de cranberry. Cranberrynov concentre les phytonutriments contenus dans baies entières, c’est-à-dire la pulpe, la peau et les graines de cranberry. Il est ainsi riche en antioxydants et en proanthocyanidines (ou PACs). Ce produit renferme 36 mg de PACs par gélule.  

D. Les probiotiques pour lutter contre la cystite

Une flore en bonne santé est en mesure de mieux faire face aux germes et aide ainsi à empêcher leur prolifération dans l’appareil urinaire. En rééquilibrant la flore vaginale, les probiotiques aident à prévenir les infections urinaires.

E. Le D-Mannose

Le D-Mannose est un sucre simple appelé monosaccharide. Il s’agit d’un épimère du glucose. Absorbé directement au niveau des intestins, il passe dans les reins et se retrouve au niveau de la vessie. Le D-Mannose inhibe l’adhérence des bactéries aux cellules de l’endothélium vésical. Il est ainsi utilisé pour lutter contre les infections urinaires dues à la prolifération de bactéries dans la vessie.  

F. La busserole

La busserole est utilisée pour soulager ou prévenir les infections urinaires aiguës ou chroniques. La busserole ou raison d’ours est un arbrisseau de la famille des Éricacées. Elle doit son action antibactérienne à la présence d’arbutoside métabolisé en hydroquinone dans l’organisme. L’hydroquinone élimine une grande variété de germes, dont l’Escherichia coli, une des bactéries responsables de la cystite.

VI. Quel probiotique pour une infection urinaire ?

Les voies génitales et urinaires sont peuplées de bonnes bactéries. Le microbiote lutte contre les germes pathogènes au niveau du vagin, de la vulve, du col de l’utérus et des voies urinaires. Dans la majorité des cas, l’infection urinaire est une cystite, c’est-à-dire une infection due à la prolifération de bactéries dans la vessie.

La flore intime empêche l’installation durable des microbes et des bactéries. Pour ce faire, le pH physiologique des voies urinaires doit être légèrement acide. En sécrétant de l’acide lactique, les probiotiques contribuent à maintenir cette acidité des voies urinaires. Par ailleurs, ces micro-organismes produisent un biofilm réduisant l’adhérence des bactéries.

Les probiotiques peuvent être utilisés en tant que moyen de prévention dans certaines situations comme la grossesse, la ménopause ou encore l’utilisation de contraceptifs (6). En effet, ces situations entraînent généralement des changements au niveau de la flore vaginale, favorisant ainsi la survenue d’infection urinaire.

Pour entretenir la flore intime, les probiotiques formulés à partir de ferments lactiques sont conseillés. En effet, la flore intime est constituée de bactéries lactiques à 90 %.

VII. Quelle vitamine pour infection urinaire ?

Selon une étude suédoise, les personnes ayant un taux suffisamment élevé en vitamine D sont moins sujettes aux infections urinaires. La raison serait les effets de la vitamine D pour booster le système immunitaire.

Il est également conseillé d’adopter une alimentation riche en vitamine C (7) pour renforcer les défenses et limiter les infections. En effet, lorsque le système immunitaire fonctionne correctement, l’organisme fait mieux face aux différentes agressions.

Conclusion

L’infection urinaire peut toucher aussi bien les hommes que les femmes, mais ces dernières sont les plus touchées. Dans la majorité des cas, les infections urinaires sont d’origine bactérienne. Cette pathologie requiert la consultation chez le médecin. Un traitement par antibiotiques est généralement prescrit par le médecin pour soulager les gênes urinaires. Toutefois, il existe également des solutions naturelles permettant de soulager les signes de l’infection urinaire et de la prévenir. Des compléments alimentaires à base de plantes aux propriétés diurétiques ou riches en antioxydants et en proanthocyanidines sont destinés à améliorer le bien-être du système urinaire. Il est également important d’adopter les bons gestes au quotidien pour limiter les récidives : s’hydrater suffisamment, porter des vêtements larges, ne pas se retenir d’uriner…  

« Les informations fournies dans cet article sont destinées à informer et à promouvoir la compréhension et la connaissance générale des bienfaits potentiels des compléments alimentaires pour prévenir les infections urinaires. Elles ne sont en aucun cas destinées à se substituer aux conseils d’un professionnels de santé, au diagnostic ou au traitement médical. Les compléments alimentaires ne doivent jamais remplacer un régime alimentaire équilibré et varié. Il est toujours recommandé de consulter un professionnel de santé avant de commencer toute nouvelle routine de supplémentation, en particulier si vous avez des conditions médicales préexistantes ou si vous prenez d’autres médicaments. »

 

Références

1. Les infections urinaires chez la femme. Société canadienne de pédiatrie.

2. Urinary Tract Infections (UTIs). Mayo Clinic. 

3. Urinary Tract Infections. National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases.

4. Preventing Urinary Tract Infections. Harvard Health Publishing.

5. Cranberry. National Center for Complementary and Integrative Health.

6. Probiotics for urinary tract infections: can they help? Harvard Health Publishing

7. Vitamin D status and risk of urinary tract infection in an elderly population. PubMed

Nos lecteurs ont aussi aimé

Nous contacter