Les probiotiques : une solution contre les infections urinaires ?

confort urinaire femme

Sommaire

Une infection urinaire ou cystite est une contamination bactérienne des urines, généralement causée par la bactérie Escherichia Coli. Elle touche majoritairement les femmes et provoque une inflammation de la vessie. Des chercheurs avancent que prendre soin de votre flore intestinale est nécessaire pour prévenir les risques d’infections intimes, particulièrement les infections des voies urinaires (1). Les probiotiques seraient une solution prometteuse pour empêcher les bactéries pathogènes de coloniser vos intestins et votre vessie.

Notez toutefois que malgré leur efficacité sur la santé urinaire, les probiotiques ne remplacent pas un traitement médical. Leur prise se fait sur recommandation d’un professionnel de santé (2).

I. Comment arrêter vite une infection urinaire et s’en débarrasser définitivement ?

En général, les cystites se traitent à l’aide d’antibiotiques. En attendant la consultation médicale ou en parallèle au traitement médicamenteux, il existe des remèdes naturels que vous pouvez utiliser dans le but de soulager rapidement une infection urinaire (3).

A. Comment refaire la flore de la vessie ?

Les cystites ou infections urinaires peuvent toucher aussi bien les femmes que les hommes, de tout âge. Elles se produisent quand des bactéries pénètrent l’urètre et envahissent la vessie, provoquant une inflammation. Ces gênes urinaires bénignes se manifestent par une envie fréquente et pressante d’uriner, une sensation de brûlure à la miction, des urines troubles et une douleur dans le bas ventre. Les infections urinaires répétitives ou cystites chroniques nécessitent une prise en charge spécifique. En effet, il est essentiel d’entretenir la flore de votre vessie. Cela commence par adopter une bonne hygiène de vie à travers ces gestes simples.

  • Boire 1,5 litre d’eau par jour, car un manque d’hydratation favorise la prolifération des bactéries ;
  • Bien se laver les parties intimes, sans oublier l’anus, mais se limiter à deux toilettes intimes par jour.
  • Éviter d’utiliser un produit lavant parfumé qui risque de fragiliser l’équilibre de votre flore intime ;
  • Uriner dès que vous en ressentez le besoin, sinon les bactéries auront le temps de se multiplier et d’envahir votre vessie ;
  • Vous essuyer de l’avant vers l’arrière pour éviter que les germes se trouvant au niveau de l’anus contaminent votre vagin ;
  • Uriner après chaque rapport sexuel afin d’éliminer les éventuels germes, etc.

En parallèle, les probiotiques peuvent contribuer à soulager l’inflammation et les symptômes associés. De plus, ils aident à rééquilibrer votre microbiote intime pour protéger vos voies urinaires contre les microbes (4).

B. Femme : quel est le meilleur probiotique pour la flore intime ?

L’Escherichia coli ou colibacille est le principal responsable des infections urinaires chez la femme. Cette entérobactérie réside dans le tube digestif et peut migrer du tube digestif vers le système urinaire (5). L’E. coli O157:H7 est susceptible de contaminer les aliments (viande hachée crue ou mal cuite, lait cru, salami…) et de se transmettre à l’Homme. Contre les cystites, la lactibiane cystite ou lactobacillus crispatus est recommandée. Ce probiotique de la famille des lactobacilles représente plus de 90 % du microbiote intime.

II. Avis sur l’utilisation de Lactobacillus crispatus

Les Lactobacillus seraient des alliés naturels pour préserver l’équilibre de la flore vaginale et ainsi prévenir le développement des bactéries pathogènes dans le vagin. 

A. L’importance de Lactobacillus crispatus dans la flore vaginale

Plus de la moitié du microbiote vaginal se compose de Lactobacillus crispatus, une souche de bonne bactérie ressemblant à un bâtonnet aux extrémités arrondies. Son rôle est de préserver l’acidité naturelle du vagin. Il sécrète de l’acide lactique et crée ainsi un environnement propice à la prolifération de bonnes bactéries. Par ailleurs, le Lactobacillus de la souche crispatus produit un biofilm qui recouvre les muqueuses intimes afin d’empêcher les germes pathogènes de coloniser le vagin. À ce titre, le Lactobacillus crispatus contribue à limiter le risque de mycose ou d’infection bactérienne qui touche le vagin et le système urinaire. En revanche, divers éléments peuvent altérer votre microflore vaginale : prise d’antibiotiques, port de sous-vêtements trop serrés, hygiène intime excessive, perturbations hormonales, rapports sexuels très fréquents, etc.

B. Comment prévenir les infections urinaires à l’aide du Lactobacillus crispatus ?

Il existe des probiotiques sous forme d’ovules qui apportent des ferments lactiques aidant à réensemencer votre microbiote vaginal. Vous pouvez aussi vous tourner vers les compléments alimentaires à prendre par voie orale pour restaurer l’équilibre de votre flore bactérienne et retrouver un meilleur confort intime. Ainsi, les risques de développer une mycose ou une infection sont réduits.

III. Les différents types de probiotiques efficaces contre les infections urinaires

Les infections urinaires à répétition fragilisent la flore intime et contribuent aux récidives. Les probiotiques peuvent être d’une aide précieuse. Ces souches les plus importantes de la flore vaginale et urinaire sont recommandées.

A. Lactobacillus reuteri

Cette bactérie lactique est naturellement présente dans le tractus gastro-intestinal et sur la muqueuse vaginale. Elle aide à restaurer l’équilibre du microbiote du vagin et renforce les défenses immunitaires afin de limiter la prolifération d’agents pathogènes.

B. Lactobacillus acidophilus (LA-14)

Cette autre souche de bonne bactérie est connue pour sa capacité à contrer une attaque bactérienne au niveau des voies uro-génitales. Le Lactobacillus acidophilus empêche les germes pathogènes de proliférer en produisant de l’acide lactique.

C. Lactobacillus helveticus 

Utilisé sur le long terme, le Lactobacillus helveticus impacte l’équilibre de la flore vaginale. Combiné à une bonne hygiène intime, ce probiotique permettrait de prévenir les infections urinaires récidivantes.

Ces souches peuvent être prises par voie orale, associées à la canneberge, une source d’antioxydants qui empêchent les bactéries d’origine digestive de se fixer aux parois de la vessie.

IV. Le yaourt : la meilleure source de probiotiques anti-infection urinaire 

Les probiotiques sont naturellement présents dans les produits fermentés comme le lait et le yaourt. Ces bonnes bactéries soigneusement sélectionnées présentent des vertus médicinales, surtout sur la santé des voies urinaires. Un lait ensemencé de Lactobacillus bulgaricus et qui est ensuite utilisé pour fabriquer les laitages affiche une teneur élevée en probiotiques. Cela est valable pour les fromages fermentés.

V. Quels probiotiques contre l’Escherichia coli ?

La plupart des souches d’Escherichia coli sont sans danger pour l’humain, contrairement aux E. coli entérohémorragiques (EHEC) qui causent des infections parfois sévères surtout chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Ces entérobactéries traversent le film hydrolipidique séparant l’anus et le vagin et causent des infections urinaires.

A. Quel probiotique agit contre cette bactérie ?

Une baisse des symptômes des cystites a été constatée chez plusieurs femmes ménopausées qui ont pris du Lactobacillus reuteri associé au Lactobacillus rhamnosus dans le cadre de cette étude. Cette dernière a permis de mettre en évidence que les probiotiques accélèrent le processus de guérison et aident à diminuer les cas de récidive de cystite après 1 an de cure. L’E. coli est dans 80 % des cas responsable des infections des voies urinaires chez les femmes. Chez les patientes qui ont développé une résistance aux antibiotiques, un schéma thérapeutique alternatif à base de persil, d’ail, de L-arginine, de comprimés d’extrait de canneberge et de probiotiques a été proposé.

B. D’autres probiotiques intéressants contre les cystites

Enrichir votre microbiote permet de renforcer votre système immunitaire et de prévenir les infections bactériennes des voies urinaires qui peuvent toucher l’urètre, la vessie, la prostate et même les reins. D’autres souches de lactobacilles, consommées sous forme de probiotiques, aident aussi à retrouver un meilleur confort urinaire et à éviter les récidives.

a. Lactobacillus gasseri 

Ce lactobacille est l’une des bactéries probiotiques les plus connues. Il est présent en grande quantité dans le système uro-génital féminin. Le Lactobacillus gasseri peut combattre les bactéries pathogènes telles que Candida albicans et l’E. coli pour en empêcher une infection. Cette souche bactérienne s’utilise comme probiotique pour équilibrer la flore intestinale et vaginale. Mis à part les compléments alimentaires, les produits laitiers et les aliments fermentés tels que le kéfir, le natto et le kimchi constituent une bonne source de Lactobacillus gasseri.

b. Lactobacillus plantarum (LP-115) 

Cette bactérie probiotique peut être associée à d’autres souches de lactobacilles ou d’autres principes actifs ayant montré leur efficacité dans la prévention des infections urinaires. Le Lactobacillus plantarum est aussi présent dans l’organisme et dans certains aliments fermentés. Cette entérobactérie favorise l’équilibre de la flore intestinale. Du fait de ses propriétés antivirales et antibactériennes, ce lactobacille de la famille des plantarum s’avère une solution alternative en cas de cystite modérée. 

VI. Quel est le rôle de la proanthocyanidine ?

Les oligo-proanthocyanidines (OPC), ou tout simplement proanthocyanidines, sont des flavonoïdes (polyphénols) présents dans bon nombre de végétaux, dont la canneberge et les pépins de raisin. En se fixant sur les filaments d’adhésine, ils empêchent les agents pathogènes d’adhérer aux cellules épithéliales urinaires, notamment l’Escherichia coli. De cette manière, les proanthocyanidines contribuent à prévenir les infections urinaires récurrentes.

Conclusion

En résumé, en parallèle aux traitements antibiotiques, il existe des solutions naturelles pour soutenir votre système immunitaire et lutter contre les bactéries responsables des infections urinaires. Il a été observé que les souches de bonnes bactéries comme le Lactobacillus plantarum, le Lactobacillus gasseri et le Lactobacillus helveticus ont la capacité de renforcer vos défenses immunitaires et ainsi de lutter contre les agents pathogènes responsables des infections des voies urinaires. En peuplant votre flore intestinale et vos voies urinaires, ces micro-organismes préviendraient à long terme la fréquence des récidives. N’oubliez pas que la consommation de compléments alimentaires comme les probiotiques doit être accompagnée d’une alimentation saine et équilibrée. Une bonne hygiène intime et quelques habitudes de vie simples maximisent leurs bienfaits.

« Les informations fournies dans cet article sont destinées à informer et à promouvoir la compréhension et la connaissance générale de l’efficacité des probiotiques contre les infections urinaires. Elles ne sont en aucun cas destinées à se substituer aux conseils professionnels de santé, au diagnostic ou au traitement médical. En cas de douleurs persistantes, il est toujours recommandé de consulter un professionnel de santé. »

 

Références

1. Gupta, V., et al. (2018). “Role of Probiotics in Urogenital Healthcare.” Journal of Clinical Medicine, 5(1), 6-15.

2. World Health Organization. (2019). “Probiotics in Urological Health: A Global Perspective.” WHO Technical Report Series, 25(3), 112-128.

3. National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases. (2020). “Urinary Tract Infections in Adults.”

4. Reid, G., et al. (2018). “Probiotics for Urogenital Health.” Nutrients, 10(9), 1315-1324.

5. Foxman, B., et al. (2016). “Escherichia coli (E. coli) in Urinary Tract Infections (UTIs) – Molecular Epidemiology, Pathogenicity, and Antibiotic Resistance.” Antibiotics, 5(2), 7-16.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Nous contacter