Tout savoir sur les mictions nocturnes

femme dort

Sommaire

Le trouble de la miction nocturne touche plus de 70 % des personnes adultes. Généralement lié au vieillissement de la vessie, ce phénomène physiologique porte un nom médical : la nycturie. Il s‘agit d’un besoin d’uriner fréquent pendant le sommeil. Cette affection touche surtout les personnes âgées et peut avoir de lourdes conséquences sur la qualité du sommeil. Quelles en sont les causes et comment soigner cette pathologie ?

Est-ce normal d’uriner toutes les 2 heures la nuit ?

Il est important de rappeler que l’urine produite par le corps pendant la nuit est plus concentrée et moins abondante qu’en journée. C’est la raison pour laquelle le corps humain peut tenir 6 à 8 heures sans envie d’uriner la nuit.

Il est question de trouble de miction nocturne à partir de plus de deux réveils nocturnes. Il est donc tout à fait anormal d’uriner toutes les deux heures la nuit. Cette affection se nomme nycturie dans le domaine médical.

Pourquoi j’urine 3 fois par nuit ?

Comme précédemment expliqué, une envie fréquente d’uriner pendant le sommeil est considérée comme excessive. Ce phénomène dissimule généralement un trouble de miction nocturne, soit la nycturie. Il peut être lié à une hygiène de vie inadéquate ou à un problème de santé.

Combien de fois doit-on uriner la nuit ?

Le corps étant en phase de repos pendant le sommeil, il prend son temps pour transformer les aliments, ce qui ne favorise pas une nycturie. C’est pourquoi certaines personnes ne ressentent pas le besoin ou l’envie d’uriner pendant leur sommeil. En général, une personne est considérée comme étant en bonne santé si elle se lève une à deux fois pour faire pipi la nuit.

Nycturie ou miction nocturne : définition, causes et symptômes

La nycturie désigne une production anormale d’urine pendant le sommeil (1). Cette affection amène la personne concernée à se lever plusieurs fois la nuit pour aller uriner. Chaque miction nocturne est suivie et précédée d’une période de sommeil.

Qu’est-ce qui différencie la nycturie et de l’énurésie ?

La nycturie, que ce soit chez les personnes âgées ou les enfants, est à différencier de l’énurésie (2). En effet, le premier désigne un trouble caractérisé par des mictions fréquentes et importantes au cours de la nuit. Il a un effet négatif sur la qualité de vie. La nycturie est généralement liée au vieillissement physiologique du système urinaire.

Quant à l’énurésie ou faire pipi au lit, ce trouble désigne le fait d’uriner involontairement pendant le sommeil. Il s’agit d’une condition physiologique chez les enfants de moins de cinq ans. On parle souvent d’énurésie nocturne puisque le petit a encore du mal à retenir son urine la nuit. Passé cet âge, elle est considérée comme anormale.

Qu’en est-il de la pollakiurie nocturne et de la polyurie nocturne ?

Les spécialistes distinguent plusieurs formes de nycturie qui varient en fonction des réveils nocturnes (3) :

●       La polyurie nocturne

La polyurie nocturne est caractérisée par une abondance des mictions nocturnes. Elle se différencie de la pollakiurie nocturne par la quantité d’urine qui est beaucoup plus importante. La polyurie nocturne se manifeste également par une énurésie, une fatigue chronique ou une somnolence diurne.

●       La pollakiurie nocturne

Cette forme de nycturie désigne le fait d’uriner plus souvent que d’habitude. Le volume d’urine à chaque miction est réduit, mais la quantité produite pendant une journée reste normale. Il s’agit de pollakiurie nocturne lorsque la personne atteinte urine plus d’une fois dans la nuit. Cette dernière peut même uriner toutes les 15 à 20 minutes.

Besoin d’uriner beaucoup et souvent la nuit : quelles sont les causes de la nycturie ?

Toutes les tranches d’âge peuvent être touchées par la nycturie. Dans le cas des personnes âgées, elle indique un symptôme du vieillissement physiologique. En effet, la sécrétion de l’hormone antidiurétique qui régule la production d’urine peut être perturbée avec l’âge. Ce qui provoque des mictions nocturnes répétées.

Dans d’autres cas, voici les causes possibles de la nycturie (4) :

●       De mauvaises habitudes alimentaires comme une surconsommation de sel, d’aliments épicés ou d’alcool ;

●       Une hyperactivité vésicale ou une irritation de la vessie ;

●       Un diabète sucré ou une infection urinaire ;

●       La prise de médicaments à effet diurétique ;

●       Une hypertrophie bénigne de la prostate chez les hommes ;

●       Le début ou la fin d’une grossesse…

Quelles maladies peuvent être liées aux mictions nocturnes ?

Bien que la nycturie soit généralement liée au vieillissement physiologique du système urinaire, elle peut également signaler d’autres pathologies sous-jacentes (5). Il convient de déterminer le problème médical qui peut se cacher derrière ces mictions nocturnes.

Mictions nocturnes et diabète

Les mictions nocturnes, plus précisément l’énurésie, figurent parmi les symptômes indirects du diabète suite à une immaturité vésicale ou un trouble émotionnel. Le fait est que le diabète entraîne une polydipsie qui encourage le patient à boire davantage que d’habitude. Il provoque ainsi une polyurie ou une envie fréquente d’uriner même la nuit.

Mictions nocturnes et problème de prostate

La nycturie peut dissimuler une hypertrophie bénigne de la prostate. Il faudra toutefois déterminer si les volumes d’urine nocturnes sont importants et si les mictions nocturnes s’accompagnent d’une pollakiurie diurne.

L’établissement d’un calendrier mictionnel est le premier moyen pour déterminer ce problème de prostate.

Mictions nocturnes et insuffisance cardiaque

Il est important de souligner que l’insuffisance cardiaque se forme lentement suite à une lésion au niveau du cœur. Parmi les symptômes de cette pathologie se trouve le besoin fréquent d’uriner pendant la nuit ou la nycturie.

Envie fréquente d’uriner la nuit : comment diagnostiquer la nycturie ?

La miction nocturne se caractérise par plusieurs réveils causés par une envie d’uriner. Il y a nycturie lorsque l’individu se lève deux à plusieurs fois par nuit. Un diagnostic doit toutefois être effectué pour attester la survenue de ce trouble de la miction.

Miction urinaire nocturne : comment reconnaître la nycturie ?

Les personnes qui souffrent de problèmes d’incontinence nocturne ressentent une envie pressante d’uriner pendant le sommeil. Il s’agit de nycturie lorsque les levers nocturnes dépassent les deux fois par nuit.

Dans tous les cas, il convient d’effectuer un diagnostic pour identifier l’origine de la nycturie (6). Ce test aidera également à déterminer si les problèmes de miction sont liés à une nycturie ou à un syndrome d’apnée du sommeil. Dans le second cas, les personnes se lèvent la nuit et vont aux toilettes par réflexe, mais pas par besoin d’uriner.

Comment diagnostiquer la nycturie ?

Il est primordial de consulter un médecin dès l’apparition de ces symptômes. Le professionnel de santé commencera le diagnostic en évaluant les antécédents médicaux du patient, ses apports hydriques ou encore la qualité de sommeil. Des examens complémentaires peuvent s’avérer indispensables pour déterminer l’éventuelle origine de la nycturie :

●       Des analyses de sang et d’urine ;

●       L’établissement d’un calendrier mictionnel où seront indiqués sur deux jours successifs les horaires et les volumes d’urine ;

●       Des examens physiques comme la prise de la tension artérielle.

Le médecin demandera d’autres examens spécifiques dès qu’une cause sera suspectée. Cela permettra de mieux approfondir le diagnostic.

Comment soigner les mictions nocturnes chez l’adulte ?

La prise en charge des personnes souffrant de nycturie varie considérablement en fonction de la cause de l’affection. Le médecin traitant peut recommander la consultation d’un spécialiste qui est le seul habilité à fournir un traitement adapté.

Les traitements contre les mictions nocturnes

En principe, le médecin spécialiste prescrit deux types de médicaments (7). Le premier traitement médicamenteux utilisé pour traiter la nycturie est constitué d’anticholinergiques. Ces derniers sont conçus pour bloquer les contractions de la vessie et ainsi l’envie d’uriner. Puis, il y a la desmopressine qui agit comme une hormone antidiurétique.

Autres solutions pour éviter ou diminuer les mictions nocturnes

Il est tout à fait possible d’éviter les facteurs favorisant la nycturie. En plus de la prise d’un traitement adapté, il suffit de revoir son mode de vie :

●       Réduire les apports hydriques en fin de journée

Il est conseillé de mieux s’hydrater tout au long de la journée et de réduire la consommation d’eau en fin de journée. La consommation de boissons comme le café et les sodas est déconseillée puisqu’elles irritent la vessie.

●       Avancer l’heure du dîner

Un dîner tardif favorise le besoin d’uriner la nuit. En effet, la production d’urine peut être stimulée par le processus de digestion.

●       Limiter la consommation de sel

Un excès de sel dans l’alimentation peut être la cause de la nycturie. En effet, le taux de sel en circulation est étroitement lié au contrôle des quantités d’eau du corps. La consommation journalière de sel recommandée par l’OMS est inférieure à 5 grammes, soit moins d’une cuillère à café.

●       Réaliser des exercices simples

Dans le cas des femmes ayant accouché, les exercices de Kegel aident à tonifier leur périnée. Ces derniers sont conseillés si la nycturie est causée par une faiblesse du plancher pelvien.

Conclusion

Pour conclure, il ne faut pas prendre la nycturie à la légère puisqu’elle peut entraîner de lourdes conséquences sur la santé. En plus d’une perturbation du sommeil, elle peut être à l’origine de désordres métaboliques ou de risque d’aggravation de certaines maladies. Si le fait d’adopter un mode de vie adapté s’avère nécessaire pour remédier aux troubles mictionnels, les personnes qui en souffrent doivent aussi suivre un traitement spécifique.  

« Les informations fournies dans cet article sont destinées à informer et à promouvoir la compréhension et la connaissance générale sur les mictions nocturnes . Elles ne sont en aucun cas destinées à se substituer aux conseils professionnels de santé, au diagnostic ou au traitement médical. »

Références

1. Weiss JP. Nocturia: focus on etiology and consequences. Rev Urol. 2012;14(3-4):48-55.

2. Abrams P, Cardozo L, Fall M, et al. The standardisation of terminology in lower urinary tract function: report from the standardisation sub-committee of the International Continence Society. Urology. 2003;61(1):37-49.

3. Van Kerrebroeck P, Abrams P, Chaikin D, et al. The standardisation of terminology in nocturia: report from the standardisation sub-committee of the International Continence Society. Neurourol Urodyn. 2002;21(2):179-183.

4. Yoshimura K, Terada N, Matsui Y, et al. Prevalence of and risk factors for nocturia: Analysis of a health screening program. Int J Urol. 2004;11(5):282-287.

5. Asplund R. Nocturia, nocturnal polyuria, and sleep quality in the elderly. J Psychosom Res. 2004;56(5):517-525.

6. Weiss JP, Blaivas JG, Bliwise DL, Dmochowski RR, Dubeau CE, Lowe FC, et al. The evaluation and treatment of nocturia: a consensus statement. BJU Int. 2011;108(1):6-21.

7. Gnanalingham J, Prior AJ, Kumar K, Philp T, Shah PJ. Antimuscarinic drugs for adult neurogenic detrusor overactivity: a systematic review. J Urol. 2011;185(3):698-703.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Nous contacter