Quels sont les remèdes de grand-mères contre l’incontinence urinaire ?

grand-mere

Sommaire

L’incontinence urinaire peut nuire à la vie sociale, professionnelle et même sexuelle (1). La qualité de vie s’en trouve ainsi affectée. Pour lutter contre ce type de trouble, plusieurs remèdes de grand-mère existent. Toutefois, vous devez noter que ces solutions ne remplacent pas un traitement ou un diagnostic médical. En cas de problème persistant , il est vivement conseillé de consulter un professionnel de santé. Plantes, aliments ou encore huiles essentielles, quels sont les différents remèdes naturels contre l’incontinence urinaire ? Découvrez tous les points essentiels à savoir sur ce sujet.

Qu’est-ce que l’incontinence urinaire ? 

Pour commencer, il s’avère essentiel d’éclaircir ce qu’est réellement une incontinence urinaire. Ainsi, sachez qu’elle se traduit par une perte d’urine involontaire par l’urètre. Si cette fuite urinaire est surtout fréquente avec l’âge, d’autres facteurs peuvent aussi la provoquer. D’ailleurs, il existe différents types d’incontinence urinaire. Il s’agit notamment de : 

L’incontinence urinaire d’effort

Cette forme d’incontinence urinaire est assez courante et est principalement causée par un affaiblissement au niveau des muscles du plancher pelvien, autrement dit, une faiblesse du périnée. Elle peut survenir au moment du port d’une charge lourde, mais aussi lorsque la personne concernée tousse, éternue, rit ou saute. Les symptômes de l’incontinence urinaire d’effort sont surtout une fuite d’urine à la fois faible et soudaine.

L’incontinence urinaire par impériosité

Ce cas d’incontinence urinaire est causé par des contractions involontaires de la vessie alors qu’elle n’est pas encore pleine. Aussi appelée vessie hyperactive, hyperactivité vésicale ou incontinence par urgenturie ou d’urgence, cette situation entraîne un besoin urgent et fréquent d’uriner, puis des fuites urinaires, même la nuit. Cette hyperactivité de la vessie ne donne généralement pas le temps de se rendre aux toilettes et se traduit par des fuites d’urine conscientes et habituellement importantes.

L’incontinence urinaire mixte 

L’incontinence urinaire mixte combine l’incontinence urinaire d’effort et l’incontinence urinaire par impériosité. C’est-à-dire que la personne concernée est à la fois sujette à une hyperactivité de la vessie et un affaiblissement au niveau des muscles du plancher pelvien.

L’incontinence urinaire par regorgement 

Ce type d’incontinence concerne généralement les hommes. Elle est habituellement causée par l’incapacité de la vessie à se vider complètement au moment de la miction. Cela entraîne alors un écoulement d’urine en petites quantités, et ce, plusieurs fois durant la journée. Ce genre d’incontinence provoque souvent un besoin d’uriner durant la nuit.

Il faut savoir que l’incontinence urinaire est consécutive à différents facteurs, tels que le surpoids, l’obésité ou même l’alimentation, mais aussi un manque d’activité physique ou une activité physique inappropriée (2). Il en est de même pour certaines maladies comme les infections des voies urinaires ou de la vessie, le diabète, la maladie d’Alzheimer ou encore de Parkinson.

D’autre part, elle peut aussi être provoquée par une consommation excessive d’alcool, de caféine ou de tabac. Sinon, chez les femmes, les fuites urinaires sont souvent provoquées par la grossesse, l’accouchement ou encore la ménopause.

Chez les hommes cependant, un problème de prostate peut expliquer l’incontinence. Sinon, d’autres facteurs, tels qu’une intervention chirurgicale au niveau du petit bassin ou de l’abdomen ou encore un prolapsus génital chez la femme peuvent aussi aggraver les risques.

Quoi qu’il en soit, l’incontinence urinaire peut être atténuée grâce à certaines solutions naturelles parfois qualifiées de remèdes de grand-mère. 

Comment soigner ou arrêter naturellement les fuites urinaires chez l’homme ou la femme ?

La prise en charge naturelle des fuites urinaires à l’aide des plantes ou des aliments consiste à consommer certaines tisanes ou aliments pouvant aider à lutter contre l’incontinence urinaire.

Ainsi, voici quelques remèdes de grand-mères efficaces pour lutter contre l’incontinence urinaire :

Les noix de cyprès 

Consommées sous forme de tisane, idéalement avant les repas, les noix de cyprès (cupressus sempervirens) contribuent au resserrement des tissus internes de la vessie. D’autre part, elles agissent comme un vasoconstricteur qui réduit le diamètre des vaisseaux sanguins et renforce ainsi la contraction des fibres musculaires. Pour ce faire, il faut bouillir entre 15 et 25 g de noix de cyprès dans 1 litre d’eau froide et attendre au moins 10 minutes avant de consommer la tisane.

L’ortie jaune

L’ortie jaune sous forme de tisane est surtout idéale pour atténuer les symptômes de l’incontinence urinaire, notamment en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate (gonflement de la prostate). Cette décoction se consomme à jeun, en mettant 1 cuillérée à café d’ortie jaune dans une tasse d’eau chaude. 

Les graines de fenouil

Les graines de fenouil permettent de vider la vessie, mais aussi de se débarrasser des toxines présentes dans l’urine. Elles se consomment en infusion, à raison d’une cuillère à soupe (15 g) dans une tasse de lait par jour.

La cannelle

Consommée en tisane, idéalement avec du miel, la cannelle est surtout conseillée contre les fuites urinaires nocturnes. Pour ce faire, il suffit d’ajouter 3 bâtonnets de cannelle dans une tasse d’eau chaude et de laisser refroidir, puis de filtrer avant de consommer. Il est aussi possible d’ajouter la cannelle aux plats ou de mâcher directement le bâtonnet de cannelle. 

Les feuilles de prêle des champs

Les feuilles de prêle des champs ont le pouvoir de renforcer les tissus internes de la vessie, et ainsi, de favoriser son bon fonctionnement. Pour ce faire, mélangez-en 4 cuillerées dans une tasse d’eau chaude. 

Les feuilles de busserole

Les feuilles de busserole en tisane participent également au renforcement du périnée. Elles doivent être bouillies dans de l’eau pendant 30 minutes et la tisane froide peut être consommée 2 fois par jour.

Les fleurs d’hibiscus

Boire quotidiennement une tisane de fleurs d’hibiscus contribue aussi à la consolidation des muscles du plancher pelvien. 

Le gingembre

Consommé en thé quotidiennement, le gingembre renforce également les muscles au niveau du plancher pelvien. 

Les épinards

Riches en antioxydants, mais aussi en vitamines A, C et K, les épinards, lorsqu’ils sont consommés régulièrement, contribuent au bon fonctionnement du système urinaire. 

Les bananes

Riches en potassium, mais aussi en vitamine B6, les bananes participent également à l’amélioration du fonctionnement du système urinaire. Une banane par jour peut suffire, et la manger avant de dormir atténue les envies nocturnes d’uriner. 

Les poissons gras

Riches en magnésium, les poissons gras comme le maquereau ou encore le saumon, participent à la régulation des contractions musculaires. Consommés de manière régulière, ils aident à prévenir les fuites urinaires. 

Le vinaigre de cidre de pomme

Le vinaigre de cidre de pomme participe aussi à l’atténuation du relâchement des tissus de la vessie. Pour ce faire, il faut mélanger 1 cuillerée de ce vinaigre dans 1 verre d’eau et consommer cela 2 fois par jour.

L’huile essentielle de cyprès

L’huile essentielle de cyprès vert est la plus indiquée pour prévenir les fuites urinaires. Elle s’applique par massage au niveau du bas-ventre ou du bas du dos en la diluant avec une huile végétale. Cette application peut se faire 2 à 4 fois par jour. Sinon, les huiles essentielles d’origan, de cannelle, de sarriette, d’arbre à thé, de palmarosa, de cajeput ou encore d’ajowan peuvent aussi parfois se révéler efficaces. 

Il faut savoir qu’en plus de renforcer les muscles du périnée ou de contribuer au bon fonctionnement du système urinaire, les remèdes cités précédemment ont des propriétés anti-inflammatoires, atténuant les douleurs provoquées par d’éventuelles infections urinaires. C’est par exemple le cas pour le gingembre, le vinaigre de cidre de pomme ou encore les fleurs d’hibiscus, les feuilles d’hibiscus, de busserole et d’ortie. D’ailleurs, sachez que les fuites urinaires sont souvent causées par des infections urinaires.

Quels sont les autres traitements naturels ou remèdes de grand-mères contre l’incontinence urinaire ? 

En cas d’incontinence urinaire provoquée par une infection urinaire, certains remèdes naturels aident à soulager la gêne provoquée par ce trouble. Il s’agit par exemple : 

De la canneberge 

La canneberge consommée en jus élimine les bactéries responsables d’infections urinaires comme la cystite (4). Elle atténue alors l’incontinence urinaire qui y en résulte. 

Des graines de courge

À travers leurs effets diurétiques, les graines de courge consommées en salade ou en soupe, accentuent le volume et la fréquence des mictions, ce qui participe à la lutte contre les infections urinaires. Elles contribuent de ce fait au confort urinaire

Des graines de lin

Les graines de lin moulues et mélangées à l’alimentation, puis consommées quotidiennement, aident également à soulager les inflammations urinaires, ainsi que les fuites urinaires. 

D’autres remèdes de grand-mère contre l’incontinence urinaire

Parmi les différents remèdes de grand-mère contre l’incontinence urinaire se trouvent également : 

Les compresses chaudes

La méthode consiste tout simplement à appliquer une compresse chaude au niveau du bas-ventre. 

Les feuilles de persil

Comme la cannelle, les feuilles de persil peuvent être mâchées pour limiter l’incontinence urinaire.

Les feuilles d’aigremoine

Les feuilles d’aigremoine infusées dans de l’eau bouillante pendant 10 minutes aident aussi à prévenir les fuites urinaires. 2 à 3 tasses par jour suffisent. 

Les tisanes spéciales

La tisane élaborée à partir d’un mélange d’écorces de chêne, de prêle et de busserole est aussi connue pour prévenir les fuites urinaires nocturnes. Il en est de même pour l’infusion composée de 10 g de feuilles de prêle et de plantain par litre d’eau chaude. 

Une autre méthode consiste à verser 20 g de racine de benoîte et 20 g d’épervière piloselle dans un litre d’eau bouillante. La décoction se boit chaude avant d’aller dormir.

Prendre 1 cuillère à soupe d’huile de noix ou de miel avant de se coucher permet aussi de prévenir les fuites urinaires nocturnes. 

Sinon, lorsqu’une envie pressante d’uriner se fait sentir, pour l’atténuer, frottez votre tibia droit avec l’arrière de votre cheville gauche et vice-versa. Les contractions vésicales seront ainsi inhibées. 

Quels exercices ou séances faire pour éviter les fuites urinaires ? 

En plus des tisanes, aliments, huiles essentielles et autres remèdes de grand-mère, certains exercices qui ont pour objectif le renforcement des muscles du plancher pelvien contribuent à combattre l’incontinence urinaire. Il peut par exemple s’agir : 

Des exercices de Kegel 

Il s’agit d’une rééducation périnéale (5) qui consiste à renforcer les muscles au niveau du plancher pelvien .

Du yoga

En plus de travailler les muscles, le yoga réduit également le stress, un facteur de risque des fuites urinaires. 

Du massage chinois

Ce massage consiste à stimuler les points d’acupuncture correspondants à l’incontinence urinaire. Il s’agit notamment des points du pôle du milieu et des Cent Réunions. 

La réflexologie plantaire

Cette technique consiste à stimuler des points au niveau des mains et des pieds pour prendre en charge plusieurs problèmes de santé, comme l’incontinence urinaire. Dans ce cas spécial, ce sont les points correspondant aux muscles pelviens qui seront stimulés. 

De la thérapie comportementale

Cette méthode vise notamment à la reprogrammation du rythme mictionnel, dans le but d’apprendre à résister aux urgences urinaires. 

En fonction des cas, d’autres méthodes telles que l’ostéopathie ou encore la psychothérapie peuvent aussi aider à prévenir les fuites urinaires. 

Comment éviter l’urgenturie et les fuites urinaires chez l’homme ou la femme ? 

En effet, d’autres solutions permettent d’éviter les problèmes d’incontinence urinaire lorsqu’ils sont déjà présents. En fonction des cas, il est recommandé : 

  • De perdre du poids

Cela s’adresse notamment aux personnes en surpoids, puisque le fait de perdre du poids réduit les efforts du plancher pelvien, diminuant du même coup la fréquence des fuites urinaires. 

  • De soulager les toux chroniques

Il faut savoir que les toux chroniques affaiblissent les muscles pelviens. En ce sens, il peut se révéler important d’arrêter le tabac et de soigner correctement les problèmes de toux chroniques. D’ailleurs, sachez que la nicotine apportée par le tabagisme a également pour effet d’affaiblir les tissus de la vessie.

  • D’éviter d’être constipé 

Une pression en excès ou répétée lors de la défécation contribue à l’altération des muscles du plancher pelvien. Une alimentation riche en fibres, mais aussi équilibrée et saine, est ainsi indiquée. 

  • D’éviter les aliments irritants

En effet, certains aliments irritent la vessie, entraînant ainsi une envie d’uriner plus fréquente. C’est notamment le cas pour les aliments acides ou piquants, mais aussi le café, le thé, l’alcool, les sodas ou l’excès de vitamine C. Un supplément en vitamine D peut cependant se révéler bénéfique, notamment pour les femmes en ménopause. Sinon, les agrumes, le chocolat, le lait ou même le sucre doivent être évités ou réduits.

  • D’éviter certaines activités physiques

En plus du port de charges lourdes, certaines pratiques sportives comme la course à pied, le trampoline ou même la corde à sauter mettent la pression sur le périnée (3). Il convient alors de les éviter. Sinon, d’autres activités, telles que le vélo ou l’aquagym, permettent au contraire de limiter le relâchement des tissus pelviens.

  • S’hydrater de manière régulière

Il faut savoir qu’une déshydratation peut intensifier l’envie d’uriner. Il est alors conseillé de s’hydrater régulièrement et non de manière excessive. Autrement dit, il est préférable de boire 1,5 à 2 litres d’eau par petites gorgées par jour qu’en une seule fois. Sinon, il n’est pas conseillé de boire de l’eau juste avant de se coucher, notamment en cas d’incontinence urinaire nocturne.

Conclusion

Les solutions naturelles et remèdes de grand-mères sont généralement indiqués pour soulager les problèmes d’incontinence urinaire. Ces derniers peuvent généralement accompagner une approche allopathique, mais l’avis d’un professionnel de santé est toujours recommandé dans tous les cas. En effet, les fuites urinaires peuvent être causées par une infection urinaire, ce qui nécessite un traitement médical adapté.

« Les informations fournies dans cet article sont destinées à informer et à promouvoir la compréhension et la connaissance générale des bienfaits potentiels des remèdes de grand-mère contre l’incontinence urinaire. Elles ne sont en aucun cas destinées à se substituer aux conseils professionnels de santé, au diagnostic ou au traitement médical. »

Références

1. National Institute on Aging. (2016). Urinary Incontinence in Older Adults.

2. Abrams, P., Cardozo, L., Wagg, A., Wein, A., & International Continence Society. (2017). Incontinence 6th Edition. Bristol: ICS.

3. Bo, K., & Sherburn, M. (2005). Evaluation of female pelvic-floor muscle function and strength. Physical Therapy, 85(3), 269-282.

4. Jepson, R. G., & Williams, G. (2012). Cranberry for preventing urinary tract infection. The Cochrane Database of Systematic Reviews, 10, CD001321.

5. Dumoulin, C., Hay-Smith, J., & Habée-Séguin, G. (2015). Pelvic floor muscle training versus no treatment, or inactive control treatments, for urinary incontinence in women. The Cochrane Database of Systematic Reviews, 1, CD005654.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Nous contacter